• Les regrets de Sakura


     

    Ses pas résonnaient dans cette étroite ruelle, située derrière un commerçant qui était surpassé par la clientèle. Elle percevait les commandes de celle-ci alors que les feux d'artifice éclataient au dessus de sa tête. Une gouttière trouée à certains endroits faisait écouler des gouttes d'eau contre la paroi du bâtiment sur sa droite. Des flaques étaient formées en travers du chemin.

    Tête baissée, les mains plongées dans les poches de son pantalon blanc, elle avançait sans savoir où vraiment aller. Elle n'avait pas la tête à réfléchir, elle essayait de se changer les idées.

    Un enfant suivit de prêt par deux de ses camarades poussa la jeune demoiselle alors qu'ils jouaient à s'attraper. Sakura Haruno ne réagit pas. Elle avait besoin de se calmer et non de s'énerver encore plus. Elle décida alors de s'asseoir sur une caisse humide qui reposait sur le côté d'une poubelle. Ensuite, elle plongea son visage dans ses mains. Les larmes qu'elle avait retenue jusqu'à présent débordaient.

    Pourquoi ?! hurla-t-elle intérieurement.

    Elle se le demandait bien. Les gens qui défilaient dans la rue voisine et même dans tout le village fêtaient la même chose : la mort du démon. Ce monstre qui avait fait mal à toutes ces personnes ne pouvait à présent ne plus en faire. Sauf que cette créature était un adolescent. Et c'était quelqu'un de bien.

    Je regrette, Naruto. Je suis vraiment désolée de ne pas avoir ouvert les yeux plutôt. Pourquoi ne m'en as-tu pas parlé ? Pourquoi ne m'as-tu pas dit ce que tu ressentais pour moi ? Pourquoi ?

    Ses cheveux tombaient par dessus ses mains, son bandeau était autour de son poignet. Alors qu'elle continuait à s'excuser, d'autres enfants passaient devant elle.

    Je suis désolé, l'amour m'a rendu aveugle. La concurrence que j'avais contre Ino pour Sasuke m'a fait perdre la raison. Je l'ai toujours aimée et je l'aimerais toujours. Mais si j'aurais pût me concentrer un peu plus sur toi, peut être que ça ce serait passer autrement entre nous. Je savais que tu m'aimais, je le ressentais via la façon de me parler et de tes agissements en ma présence. Mais je n'ai pas agis.

    Les reflets de la plaine lune présents dans les flaques au sol, formaient un puzzle complet qui ne manquait plus que d'être assemblé. Une chouette était sur le toit d'un édifice voisin et émettait son cri nocturne.

    Qu'est-ce que je vais devenir, à présent ? Sasuke est partit, Kakashi Sensei est mort et maintenant toi ! Je ne sais plus quoi faire... Elle renifla en passant le revers de sa main sur son nez. Si seulement il y avait un moyen de te redonner la vie, je donnerais la mienne pour ça ! Elle serra férocement son bandeau dans sa main droite.

    Puis, elle secoua la tête, remettant ses cheveux à sa place. Elle se leva et regarda à droite, puis à gauche. Elle se décida de rejoindre le lieu de combat de la veille. Une famille passa devant elle. Tout le monde était heureux. Comment pouvaient-ils l'être ? Ils ne connaissaient que le démon qui sommeillait depuis toujours en Naruto, mais voilà, il c'était réveillé suite aux insultes qui furent portés sur son propriétaire et à sa famille tant mystérieuse. Il n'avait pas accepté cela et avait éclaté toute sa colère.

    Ce fut toujours un enfant écarté des autres. Tout le monde savait qui il était. Il ne fallait pas le chercher. C'était de la faute à qui si il était à mort ? Pas à lui mais à eux ! Oui, les habitants de Konoha au complet. Les seuls amis que Naruto avait eu, étaient Sakura, Sasuke et tout le petit groupe de l'école qui le soutenait. Au fil des années, ils avaient appris à le connaître et à l'apprécier, chose que les habitants n'avaient pas faite.

    Sakura n'avait pas remarquée qu'elle était déjà présente sur les lieux du sinistre. Elle se trouvait même dans l'emprunte d'une patte de Kyubi qui s'enfonçait sur un mètre de profondeur parmi les dalles. Elle tomba sur ses genoux, pleurant encore à chaude larme. Un couple passa à côté et ne se préoccupa pas de la jeune femme.

    Comment ces gens pouvaient-ils êtres considérés comme des humains, après ce qu'ils avaient fait ? Comment ? Ils avaient tués un adolescent, mais pour en parvenir à bout, vingt trois personnes avaient été tués. Il y avait des traces de sang par-ci et par là. Le massacre avait été horrible. Des hommes, des femmes et des enfants piétinaient sous l'agressivité du démon. Personne n'avait pût empêcher ces victimes. Déchainé comme un démon sanguinaire, il avait fallut plusieurs heures pour le maîtriser. Ils avaient dû user de toutes leur techniques et de toutes leurs armes. Bizarrement, il n'y avait eu aucun corps de monstre suite à ça. Seulement ceux des villageois.

    Tout ça, c'était à cause de l'Hokage Tsunade. C'était elle qui avait ordonnée de l'éliminer si un jour il se transformerait en plein village. Pourquoi avait-elle fait ça ? Alors que Naruto et elle même s'entendaient à merveille. Ils ont passés de bon moments ensembles. Mais maintenant, ce n'était plus possible.

    Sakura se redressa et essuya ses larmes à l'aide de ses manches. Elle souffla, ne sachant que faire. Et si l'esprit de Naruto allait la hanter ? Non, elle secoua la tête, chassant cette pensée grotesque.

    Quant-est-ce que vais-je te rejoindre ? demanda-t-elle à l'intention de ce garçon blondinet qui ne pouvait l'entendre

    Naruto aurait préféré que Sakura vive le bonheur complet. Il ne fallait pas qu'elle pense à la mort, surtout à son âge.

    Elle posa son regard sur la grande porte fermée. Plus jamais elle ne les traverserait pour une quelconque mission en sa compagnie. Plus jamais elle entendrait ses remarques, et surtout, ça présence allait lui manquer.

    Une silhouette attira son attention en haut de l'entrée. Elle apparentait étrangement avec celle de Naruto. Cette ombre semblait la fixer. Elle cligna des yeux en une demie-seconde et elle disparue. Sakura n'en revenait pas. Elle tendit la main vers là haut et avança de quelques pas en articulant un seul prénom :

    Naruto.


    2 commentaires
  • Le cœur enragé d'Hinata


     

    Brûlons le ! proposa un homme en tendant une peluche caricatural du démon.

    Cet individu fut soutenu par la foule qui c'était entassée autour d'un cracheur de feu qui aimait faire des spectacles devant un public et pour ce soir, il n'allait pas se priver de mettre le paquet. La proposition lui plaisait et il s'empara de l'objet en question. Les enfants assis devant avaient leurs yeux qui brillaient de mille et une couleurs. Voir un tel numéro dangereux était passionnant. Mais, ils étaient intéressés par la destruction du monstre, une nouvelle fois.

    L'homme de feu pris en bouche un liquide inflammable. Il tenait de sa main gauche une torche et s'apprêta à cracher dessus pour brûler la peluche au sol, quand un coup lui fut donné dans le dos. Il vomit le breuvage à côté et tomba sur toute sa face. Une jeune femme se tenait derrière, en position de combat. Elle tremblait et avait les larmes aux yeux.

    Les villageois qui venaient d'assister à cette scène eurent un temps de réflexe de deux secondes avant de partir en lançant des jurons sur cette adolescente qui venait de foutre en l'air ce divertissement.

    Hinata Hyuuga s'empara du jouet et s'enfuit avec. Elle traversa une grande rue occupée par des dizaines de citoyens.

    Arrêtez ! Il ne mérite pas ça ! hurla-t-elle en bousculant par les épaules ceux qui bloquaient son passage.

    Le démon Kyubi était représenté de partout : sur certains murs mobiles où des gens jetaient des tomates souillant ainsi le mythique monstre ; des déguisements comiques étaient portés par des bouffons et des enfants les frappaient, punissant ainsi la légende de ce démon ; et des peluches formaient à présent des torches pour éclairer le village.

    Elle fut également poussée à plusieurs reprise mais elle continua son chemin, la peluche serrée fortement contre sa poitrine. Des gouttes glissaient le long de ses joues. Des larmes de tristesse et de honte. Pourquoi avait-elle agit ainsi ? Elle venait de se faire remarquer, chose qu'elle ne faisait jamais d'habitude. Mais c'était pour la bonne cause : c'était pour Naruto.

    Il était partit il y avait vingt quatre heures pile et il lui manquait déjà. Il avait laissé Hinata seule, pourquoi avait-il fait ça ? Il était sa raison de vivre, son amour de toujours. Bien qu'il avait son esprit enfantin, c'était ça qui lui avait donné son charme, en tout cas aux yeux de la jeune Hyuuga. Sauf qu'il était partit, il n'existait plus. Elle ne s'en remettrait jamais.

    Elle tourna dans une ruelle, marcha sur une flaque d'eau qui éclaboussa autour d'elle. Elle avait les yeux fermé et courrait sans vraiment savoir où aller. A la fin de cette rue, elle tourna à droite, se hâtant de fuir loin de cet endroit, loin de là où on troublait la légende du démon. Elle sauta par dessus la porte menant aux quartiers de l'Hokage et de son personnel, puis fonça jusqu'au Mont. Là, les visages des Hokages précédents étaient gravés dans la roche et semblaient avoir leurs yeux braqués sur elle.

    Naruto venait se réfugier là haut, quand ça n'allait pas. C'était son jardin secret. Il avait même fait plus d'une bêtise sur ces figures, mais il aimait toujours aller ici. Hinata laissa échapper un léger sourire en repensant au passé. Elle aurait aimée revivre ces bons moments là en sa compagnie... Elle riait et pleurait en même, elle ne savait quoi penser.

    Elle décida d'escalader ces visages, en espérant trouver la chaleur de Naruto sur ces roches, ou alors des marques et autres pouvant témoigner son ancienne présence. Rien. Tout avait été effacé, il ne restait plus aucune trace de ses sottises. Hinata en fut déçut.

    Une légère bourrasque lui fit perdre l'équilibre, alors qu'elle arriva sur le nez d'un des Hokage. De réflexe, elle mit tout son poids contre la paroi et parvint à ne glisser que jusqu'à la bouche du même visage. Elle se ressaisit et grimpa encore, afin d'arriver sur la tête du visage le plus haut. De là, elle avait une vue incroyable sur le village de Konoha.

    Tout les habitants faisaient la fête. Tous étaient de bonne humeur, et durant toute la nuit jusqu'au petit matin, ils allaient célébrer la mort du démon Kyubi. Hinata avait mal au cœur en entendant les rires qui montaient des quatre coins du village. Peut être que parmi tous les habitants, une poignée de personnes pleurait la mort de Naruto, peut être... Mais ce qui était sûr, c'était que Sakura devait être l'une d'elle. Cette dernière était pendant tant d'années aveugle sur l'amour qu'éprouvait Naruto à son sujet, à présent, elle devait regretter de l'avoir ignoré.

    Un feu d'artifice plus imposant que tous les autres, troubla ses pensées. Majestueusement grand, il prenait tout le ciel et des acclamations retentirent quand une forme animée représentant un géant renard aux innombrables queues se faire attaquer par des petits êtres qui semblaient des hommes. Des applaudissements éclatèrent, ainsi que des ''Whoa'' remplit d'admiration. Hinata, elle, en fut dégoutée. Dans son être le plus profond, elle maudissait toute les personnes qui rigolaient des événements de la veille. Aucun être n'avait, ne serait-ce, une petite pensée pour les victimes qu'il y avaient eu afin de neutraliser Naruto, le porteur du démon.

    Soudain, un autre artifice encore plus colossale que celui qui animait le ciel, le dissipa afin de le remplacer par un visage familier : celui de Naruto. Les formes, les couleurs ainsi que la joie sur cette figure étaient parfaitement réel, à croire que c'était une image de ce garçon agrandit. Hinata sourit en entendant des injures éclater à ce sujet. Enfin, dans ce monde de brut, il y avait des gens qui appréciaient le défunt. Les camarades de classe fidèles à leur poste, soutenaient ceux qui pleuraient le défunt.

    Cette fois-ci, ce fut des larmes de bonheur qui coulèrent le long des joues de la jeune fille. Elle était contente. Alors qu'une autre bourrasque arriva d'en haut, Hinata se laissa porter par ce vent chaud, en serrant contre elle toujours la peluche de Kyubi. Ainsi, elle chuta sur plusieurs dizaines de mètres ; le dos face au sol et les yeux attachés à l'image de Naruto...


    votre commentaire
  • Les remords de Tsunade


     

    La pleine lune surplombait Konoha. Dans toute sa splendeur, le village était encore animé alors que la nuit était déjà bien entamée. Les habitants fêtaient un évènement important, qui marquait à jamais l'histoire. C'était l'excuse qui permettait également à tous les commerçants d'être encore ouverts à une heure si tardive.

    Des feux d'artifice éclairaient de plus belle les lieux. Les cris d'enfants qui jouaient à trappe-trappe ou encore à encourager des combattants s'exerçant, enflammaient énormément l'ambiance. Les rues étaient bondées de monde, qu'ils soient étrangers ou non. Toutes les personnes étaient heureuses, c'était le plus important.

    L'Hokage Tsunade regardait ce spectacle à partir de la fenêtre de son bureau. La vue qu'elle possédait sur l'ensemble du village était majestueuse. Tout était affiché, là, sous ses yeux. Les cracheurs de feu brûlaient l'air autour d'eux au niveau de la partie Ouest du village, à l'Est, c'étaient des Juunins qui présentaient leurs techniques de combat et au Sud, il y avait la grande porte fermée. Aucune activité ne dérangeait cette partie.

    C'était là où le combat de la veille avait eu lieu. Là où le monstre avait fait un carnage. Konoha s'en était remis émotionnellement, mais les dégâts étaient importants. Plusieurs habitats furent détruits, et des marques gigantesques marquaient à présent le sol et certains bâtiments. Il faudrait plusieurs mois voir années pour que le village s'en remette complètement.

    Elle repensa à ce démon qui hantait l'esprit des gens. Celui qui faisait peur à tout le monde. Mais à présent, il était mort, il était vaincu. Enfin ! Il ne causerait plus de catastrophe, il ne ferait plus de victimes. Cet être tant faussement aimé par les villageois, mais tant apprécié par ses camarades, était mort. Son enveloppe corporelle, son âme, son esprit n'étaient plus. Il était le monstre.

    Une larme perla la joue de la femme, alors qu'elle repensait aux événements précédents. Des images défilaient dans son esprit ; cette tuerie où des hommes, des femmes et des enfants ont péri. Ces images n'allaient pas se dissiper comme ça. Et elle le regrettait. Si tout avait put se passer autrement. Si seulement il y avait eu un autre moyen pour qu'il cesse ses apparitions mortelles. A présent, c'était le cas. Mais combien d'être humains avaient été sacrifiés pour en arriver là ? Une dizaine ? Une vingtaine ? Non, vingt-trois personnes avaient péri pour supprimer cette créature. Vingt-trois âmes qui éraient sur la conscience de Tsunade. Décidément, elle ne s'en acquitterait jamais. Traumatiser était un grand mot, elle était juste marquée par les actualités qu'elle eût vu en direct, la veille.

    Cette larme qui léchait sa joue droite fut rejointe par d'autres gouttes. Elle pleurait. Elle avait mal. Son cœur était lourd de souffrance. Comment supporter ça jusqu'à la fin de sa vie ? Comment y parvenir ? Mettre fin à ses jours maintenant pourrait régler ce problème. Non, elle n'était pas assez courageuse pour se suicider. Elle ne pouvait laisser Konoha ainsi. Après tout ce qu'elle avait vécue, c'était triste de voir sa vie terminer ainsi.

    Elle sortit un mouchoir d'une des poches de sa veste verte qui recouvrait son maillot blanc grisâtre. Elle essuya ses joues qui ne cessaient d'être mouillées. Ses pleurs ne lui ressemblaient pas. Ça n'allait surtout pas avec sa personnalité et son physique. Sa chevelure blonde, ses yeux marron noisette faisaient d'elle une femme mûre et insensible. Puis, son pantalon noir et ses talons provocateurs, complétaient le tout. Son aspect ne s'assemblait pas avec son esprit.

    S'emparant avec tremblements de son pendentif, elle le fixa, repensant à son ancien propriétaire. Son grand-père, le premier Hokage lui avait donné il y a de cela plusieurs années. Après sa mort, elle s'était promis de garder pour toujours ce bijou de famille. Ça lui rappelait de bons moments.

    Vous ne m'en voulez pas ?

    Une voix déchira ses pensées. Cette voix était familière, et surtout chaleureuse. Le propriétaire de cet organe qu'il contrôlait parfaitement, était tapi dans l'ombre. Le bureau n'étant nullement éclairé, il était facile d'être caché. Tsunade redressa la tête, replongeant son regard dans la ville agitée. Plusieurs secondes après, elle répondit à son interlocuteur secret.

    Non, il le fallait.

    Sa gorge tremblait. Elle était sèche et elle lui grattait. Savoir qu'il était toujours vivant lui alourdissait encore plus sa peine. Comment pouvait-elle laisser un monstre tel que lui encore vivant ? Il était un meurtrier contre son gré, certes, mais il en était un !

    Puis, c'est mieux comme ça, ajouta-t-elle toujours sa vision attirée par l'extérieur.

    Elle avait raison, c'était mieux pour tout le monde. Qu'il soit mort ou faire passé comme tel, c'était pareil, non ? Du moment qu'il ne réapparaitra plus, Tsunade n'allait pas avoir d'histoire. Elle avait peur qu'elle soit jugée comme traitresse, peur qu'une rébellion éclate.

    Que vas-tu faire, maintenant ? demanda-t-elle en tournant légèrement la tête.

    Elle voyait une silhouette. Celle d'un adolescent qui semblait innocent. Il se tenait à l'encadrement de la porte d'entrée et était appuyé contre.

    Je ne sais pas. Peut-être que j'irais parcourir le monde, toujours à la recherche du savoir.

    Et ton rêve ?

    Un silence s'imposa. Il était rempli de suspens.

    Vous savez, Mamie Tsunade, les gens changent en quelques années. Mon rêve d'enfance ne me tient plus à cœur.

    ''Mamie Tsunade''... Une seule personne l'appelait ainsi. Elle sourit en représentant le visage du garçon dans son esprit. Donc il ne voulait plus devenir le plus grand Hokage de tous les temps. Il était passé du stade enfance avec ses rêves de jeune au stade d'adolescence avec de nouveaux projets, plus réalistes.

    Il faut que je parte, je ne veux pas gâcher cette fête qui vous fait honneur, Maître Tsunade.

    La concernée se retourna. L'individu était toujours là, son visage voilé par une ombre. Il avait les bras croisés et regardait la femme. Les deux étaient complices. Ils avaient préparé la mort du monstre ensemble et tout c'était parfaitement déroulé. Il n'était pas mort. Il était juste vivant et disparaîtrait à jamais de l'esprit des habitants de ce village.

    Il se décrocha de l'encadrement et se retourna, prêt à sortir. Tsunade l'aborda :

    Naruto !

    Ledit Naruto jeta un regard par-dessus son épaule. L'Hokage se précipita à sa suite, puis lui laisser un doux baisé sur son front. Elle retira son pendentif autour de son cou pour le placer elle-même sur celui du jeune homme.

    Saches que je ne t'oublierais jamais, dit-elle prête à la limite du sanglot.

    Il acquiesça d'un signe de tête et disparut dans l'obscurité totale.

    Tsunade s'effondra sur ses genoux. Elle se remit à pleurer toutes les larmes de son corps. C'était inutile de tenter de les sécher avec son mouchoir. Toutes ses pensées se tournaient à l'instant même pour Naruto Uzumaki. Celui qui possédait en lui le démon Kyubi vivait toujours et allait un jour ou l'autre revenir.

    Elle perçut des échos venant tout droit du village, des échos annonçant la mort du démon. Le peuple était réjoui, il ne craignait plus rien...


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique