• Épilogue

    Épilogue


     

    Triste et sombre, telle était la petite pièce qui tenait le rôle de salle de réunion de la Résistance. Une petite table en bois moisi, trois chaises de même état, des tas de parchemins et bouquins posés dessus, et une lampe à huile éclairait cet endroit. Deux jeunes gens étaient présents, à lire silencieusement des papiers qui n'étaient autre que des rapports confidentiel au sujet de l'avancement de l'armée de Voldemort et de son projet démoniaque.

    Depuis que ce dernier avait annoncé la mort de Harry Potter et de Dumbledore à Poudlard, alors les derniers membres de la Résistance encore en vie et en état de se déplacer avaient fuit loin de l'école. Et pas si loin que ça. Ils avaient trouvés refuge dans la cabane hurlante, pensant qu'être si proche de l'ennemi serait en leur faveur. Et ils eurent tort, les Mangemorts les avaient trouvés, avec comme principe de ne faire aucun prisonnier. Le carnage fut terrible, une demi douzaine d'individus trouvèrent la mort dont George Weasley et Neville Londubat qui avait décidé d'aider ses amis.

    Seulement une trentaine de jeunes gens – des élèves tout confondus – avaient survécu à cette bataille. Aucun adulte sauf les parents Weasley et Lupin avaient réussit à s'échapper. De quoi baisser le moral de la Résistance au plus bas. Mais Hermione Granger et Ronald Weasley n'ont pas perdu espoir et ont trouvés un autre lieu où se cacher, dans le monde Moldu, une usine désinfectée. Avec eux, une douzaine d'étudiants et beaucoup de parents ainsi que des membres des familles, qui avaient sût ce qui c'était passé à l'école de Sorcellerie une fois que tout fut terminée. La Résistance de Poudlard avait trouvée un nouveau nom : La Résistance des Deux Mondes. L'avenir des Moldus dépendaient plus que de la petite poignée de Sorciers. Il fallait recruter du monde pour pouvoir affronter de nouveau le Seigneur des Ténèbres et son armée. Hermione avait pensée au match de la Coupe du Monde de Quidditch, où des dizaines de milliers de Sorciers venu des quatre coins du globe, avaient assistés au match. Si seulement elle avait un moyen de les contacter, tous, et de s'unir ensemble pour résister. Mais la plus part d'entre eux n'étaient pas assez courageux.

    Et cela faisait trois semaines que ses événements eurent lieux.

    Ron tourna une page d'un bouquin avec un geste lent. Assis sur une chaise bancale et prête à casser sous son poids, il étudiait tout les rapports des quelques espions positionnés par-ci et par-là. Et il fut surpris de voir que l'armée de Voldemort c'était reformé en quelques jours, et grandissait de minute en minute.

    - Si ça continue comme ça, il recrutera également les Sorciers qui tremblent devant lui, commenta Ron. On a aucune chance de dresser une armée et de l'affronter de nouveau.

    - Si seulement Harry était là, souffla Hermione en posant le parchemin qu'elle étudiait sur la table. Qu'est-ce qu'est la Résistance sans Harry ?

    Ron ne sut quoi répondre. La mort de son meilleur ami l'avait bouleversé plus que tout, et c'était ajouté à son départ précipité, celle de George son frère, de Neville son camarade de classe, et de nombreux autres. Il n'avait pas le temps de s'en remettre d'un, qu'un autre venait s'ajouter à la liste des disparut. Penser à Harry Potter lui rappelait de merveilleux moments, leur complicité était éternelle, bien qu'ils avaient eut des hauts et des bas, ils étaient toujours amis.

    - Dis toi que nous combattons pour lui, et pour tout ceux qu'ils sont morts en défendant notre cause, annonça le rouquin d'une voix calme alors qu'il pensait à ses défunts frères.

    Hermione décida de garder le silence et d'attendre d'avoir des nouvelles sur la progression des forces du mal. Aux dernières nouvelles, ils se dirigeaient vers...

    Le seul et unique accès de la salle, qui était une porte, s'ouvrit brusquement, et laissa entrer Luna Lovegood, toute essoufflée. Ses cheveux blond étaient crasseux tout comme sa peau. Depuis plusieurs jours elle n'avait pas eu de temps à elle pour faire sa toilette, et ça se voyait.

    Elle attendit quelques instants, le temps de reprendre son souffle, avant d'annoncer :

    - C'est officiel, les Mangemorts sont à Paris !

    Ron se leva de sa chaise, et à celle-ci cassa à ce moment là. Il se dressa sur toute sa hauteur, regarda Hermione avec une lueur d'espoir dans ses yeux.

    - On sait maintenant où attaquer. La France est la première cible de Voldemort, sauf qu'il ne sait pas que les élèves de Beaux-battons ne se laisseront pas faire comme ça.

    La jeune sang-de bourbe se hâta de rejoindre la sorte en prenant dans son élan sa veste, puis, une fois à la porte, elle se retourna et expliqua à Ron :

    - Je vais chercher des volontaires pour cette nouvelle bataille. J'en aurai sûrement pour plusieurs jours, ne t'inquiète pas pour moi.

    - Non ! Je ne peux te laisser partir seule ! s'exclama le Weasley en la prenant par le bras.

    Sans s'y attendre, son amie de toujours ,l'embrassa sur le bouche. Leur premier baiser, tendre et savoureux. Deux secondes s'écoulèrent tandis que pour l'adolescent, ça lui sembla plusieurs heures.

    - Je suis désolé, Ron. Il le faut.

    Il ne pouvait pas la retenir, elle avait une raison plus que valable pour s'aventurer seule, mais pour aller où ? Chercher des alliés, d'accord, mais comment s'y prendrait-elle ? Il la laissa s'échapper, et partir loin, très loin.

    Ron décida de se préparer, lui et les siens, pour affronter de front Voldemort et son armée sur Paris. En espérant que les victimes se feront plus imposante du côté adverse...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :