• Créer des méchants que les lecteurs aiment détester

    Toute histoire a un méchant.

    Votre protagoniste n’aurait pas beaucoup d’obstacles à surmonter s’il n’y avait pas d’antagoniste pour semer la pagaille.

    Le vôtre est peut-être le vaurien malfaisant qui s’oppose à tout ce que votre héros (ou héroïne) fait. Ou bien alors il s’agit de l’agent-double traître du passé, du scientifique diabolique et psychotique, ou juste de "l’autre femme" qui se bat pour l’attention de votre héros.

    Qui que soit votre méchant, s’assurer de sa crédibilité est bien plus difficile que de simplement créer un personnage qui agit odieusement pour ralentir la progression de votre protagoniste.

    Votre travail ici est de rendre vos méchants crédibles, logiques et vraisemblables, sans pour autant les rendre sympathiques. Vous voulez que le lecteur comprenne ce qu’ils font et pourquoi c’est si négatif pour votre héros.

    La tâche est plus complexe qu’une simple explication de leurs mauvaises actions. Vos lecteurs doivent comprendre pourquoi l’antagoniste fait ce qu’il fait, et pourquoi il croit ses actions justifiées et rationnelles.

    En résumé, vos méchants doivent être des gens réels et tridimensionnels.

    Malheureusement la plupart des "méchants" sont présentés comme des êtres superficiels à l’esprit étroit, dont la seule ambition est d’être aussi méchants que possible. Avec cette approche pour un antagoniste, vous perdez le respect de votre lecteur pour deux raisons :

    1. Votre histoire perd tout impact émotionnel si vos lecteurs ne sont pas convaincus que la menace contre votre héros est bien réelle, ou suffisamment menaçante. Cela diminue aussi l’estime des lecteurs pour votre héros, dont ils savent qu’il est seulement capable de vaincre ce méchant insignifiant.

    2. Pour un lecteur, un personnage complètement méchant correspond à un personnage tout à fait médiocre. Si l’unique motivation de votre méchant est d’être méchant, cela ne lui donne pas un caractère assez profond pour devenir réel dans l’esprit de votre lecteur. Donner à votre méchant une seule raison pour agir n’est pas suffisant - particulièrement si vous choisissez une raison légère et superficielle comme "la méchanceté" ou "la cupidité".

    Pensez au moment où vous avez créé votre protagoniste. Vous avez très probablement créé quelqu’un que vous admirez, un personnage fort et intègre. Je suppose que vous avez pris le temps d’aller au fin fond de sa tête pour comprendre pourquoi il agit comme il le fait.

    Il en va de même pour votre méchant.

    Pour qu’il soit considéré comme un opposant qui en vaille la peine, vous devez présenter votre antagoniste de façon honnête. Vous devez être capable d’entrer dans sa tête aussi, et apprendre ce qui le pousse à agir comme il le fait.

    Souvenez-vous que personne ne se voit comme mauvais, diabolique, odieux, fou ou stupide. Votre méchant non plus. Pour lui, ses actions et sa logique sont parfaitement justifiées.

    Montrez à vos lecteurs cette facette de la logique de votre méchant et vous intensifierez le suspense de votre histoire. Montrez que votre antagoniste est tout à fait capable de gagner la bataille et assurez-vous que l’issue de votre intrigue paraisse incertaine.

    Cette incertitude double une nouvelle fois votre suspense, et vous donne l’opportunité parfaite pour exhiber les qualités de votre héros, créant ainsi un protagoniste plus fort juste en montrant la comparaison.

    Dit plus simplement, votre méchant doit être bon dans son rôle de méchant, pour forcer votre héros à être encore meilleur.

    Vos lecteurs tourneront page après page pour découvrir si vraiment, votre héros est assez fort pour vaincre le monstre que d’une façon tordue vous les avez forcé à apprécier. Vous vous souvenez du Silence des Agneaux ?

    Si vous pouvez activement dépeindre votre méchant de son propre point de vue comme étant un être intelligent, logique et complexe, avec la capacité d’être compréhensif et raisonnable, qui fait ce qu’il fait parce que ses raisons lui apparaissent valables, alors vous êtes plutôt en bonne voie pour créer un méchant vraisemblable.

    Mais quand vous pouvez aussi montrer la nature complexe, tortueuse et fourvoyée de votre antagoniste du point de vue de votre héros, vous savez que vous avez créé un méchant vraiment mémorable, et vous aurez du même coup renforcé le caractère de votre protagoniste, et votre intrigue.

    SOURCE 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :