• Chapitre 49 - Tom Jedusor

    Chapitre 49

    Tom Jedusor


     

    Le dernier Horcruxe venait d'être détruit, à présent, Voldemort était vulnérable. Harry Potter détenait dans sa cicatrice la dernière partie d'âme de Tom Jedusor, et c'était avec ça qu'il affrontait la mort, sachant à chaque fois qu'il revivait à partir d'un morceau d'âme qu'il avait prit le soin de cacher n'importe où. S'il mourait face à Dumbledore, alors la fin de son règne aurait lieu, et le mal serait dominé par le bien, chose qu'il ne pouvait laisser faire.

    - Ton protégé est mort, vieux fou, et tu ris de ça ? Ma mort est donc plus importante que Harry Potter ?

    - Oui, Tom, sa mort était le seul moyen de neutraliser ta dernière chance de survivre. Grâce à ça et à ta mort, le Monde des Sorciers et celui des Moldus pourront continuer à vivre normalement, dans la paix.

    - Non ! tonna le mage noir. Je ne peux laisser ça !

    Sur ses mots, il serra fortement sa baguette et lança tout les sorts qu'il pouvait lui passer en tête, contre le mage blanc. Prit par trop de puissance, Dumbledore fut obligé de reculer de quelques pas. Résister face autant de force, épuisait trop d'énergie. Et faiblir à chaque instant jouait à la faveur de Voldemort.

    - Endoloris !

    - Quanto !

    L'attaque fut interrompue par un bouclier invisible.

    La main droite de Albus trembla ainsi que son arme magique. Ses forces le quittèrent à chaque seconde, et il combattait son propre corps pour rester sur ses pieds et se défendre.

    - Tom, arrête !

    - Je ne suis plus Tom Jedusor depuis des années, Dumbledore. Ne m'appelle plus ainsi, vieux fou !

    Gagner la confiance en lui redonnant la raison de ses actes, était l'objectif du directeur, et ensuite, donner un coup de couteau dans le dos. Mais, le côté bien de Voldemort était largement surpassé par celui du mal, celui qui l'incitait à faire telle ou telle chose, uniquement pour se sentir bien. Tuer des personnes le rassurait au niveau de sa puissance et de sa dominance. Depuis son retour dans un corps qu'il contrôlait lui même, ce qui remontait simplement à quelques mois en arrière, quand Harry Potter et Cedric Diggory avaient touchés le trophée qui était en fait un portoloin et c'étaient retrouvés dans un cimetière, il avait commis plus d'un crime, et il ne le regrettais pas. Là, Pettigrow avait tué l'élève de Poufsouffle, et tout était allé très vite par la suite.

    Harry avait réussit à s'échapper, tandis que Voldemort était revenu, et avait appelé ses plus fidèles serviteurs. À son retour, le jeune Gryffondor avait annoncé le retour du Seigneur des Ténèbres, et personne ne croyait ses dires. En ce lendemain de Halloween, la preuve se trouvait à Poudlard, et plus que réelle. Toute une armée avait été dressée pour Voldemort, des Loups-Garou, des prisonniers d'Azkaban, des sorciers en fuites, et des dizaines d'autres créatures qui ne méritaient pas de noms, toute humanoïde.

    La mort de Tom Jedusor – et non de Voldemort – était sur le point de s'accomplir, il ne suffisait juste que la dernière âme sur cette Terre à l'appeler ainsi, disparait-ce à tout jamais. Et, cet objectif allait être achevé d'ici peu, encore quelques minutes, et l'homme âgé qui le bravait, finirait par perdre toute son énergie. Le mage sombre drainait la sienne à partir des êtres vivants qui se trouvaient à proximité, c'est ce qu'on appelait de la magie noire. Ça pouvait être des animaux, des plantes, et même les êtres invisible à l'œil nu. Tuer pour survivre, c'était la loi du plus fort qui signait, et elle affrontait même Dame Nature.

    Plus puissant et plus cruel de le Seigneur des Ténèbres, ça n'existait pas. On entendrait parler de lui pendant maints générations. Les plaies qu'il a causée à plus d'une personne, à des familles, n'allaient pas cicatriser de si-tôt, et il en était fier. Au moins, il avait sa trace dans l'histoire de l'humanité, dans le monde des sorciers. Réunir les deux mondes sous une même puissance était son rêve le plus cher, contrairement à ce que tout le monde pensait, il ne souhait que la paix. La guerre était d'origine humaine et elle exceller depuis la nuit des temps dans ce domaine. Elle était la cause de multiples problèmes. Le vœux de Voldemort était de cesser les conflits, en réunissant toute les populations sous un même pouvoir. Et pour que le monde soit parfait, il était prêt à éliminer tout individus qui l'en empêcherait, à savoir, les sorciers qui pensent qu'il fait le mal, et les armées de l'autre Monde, qui n'accepteraient pas facilement ce choix.

    Dumbledore était là pour laisser le monde suivre son cour normalement, et pas qu'une personne puisse vouloir étendre le mal sur les deux mondes. Ses paroles qui étaient sensées toucher Tom, ne trouvèrent pas d'oreilles attentive pour les écouter et comprendre. Puis, le mage noir savait bien que c'était un leurre.

    - Tu ne m'auras pas avec tes paroles douces, Tom ne t'entend, Tom n'existe plus ! tonna ce dernier, lassé d'écouter son adversaire.

    - Non, et tu sais très bien que tu es Tom Jedusor et tu le seras toujours. Cet être fait partit de toi, et ne pourra jamais te quitter.

    - Non ! Imperium !

    Contrôler Albus Dumbledore, le directeur de Poudlard... cette idée vint germer dans l'esprit de Voldemort une fois après avoir lancé le sort. Qui sait ce qu'il gagnerait à dominer le plus grand mage blanc de tout les temps. Mais, ça se verrait très vite qu'il serait sur l'emprise du sort impardonnable, c'était trop risqué de jouer avec lui.

    Heureusement, l'attaque fut bloquée et retournée contre l'être qui l'avait lancé. Mais Voldemort aspira cette énergie grâce à la paume de sa main dressée droit devant lui. De légers picotements vinrent chatouiller l'avant bras puis se dissipèrent immédiatement après.

    Le soleil était haut dans le ciel, pas encore dans son apogée, mais les hauts arbres arrêtèrent une grande partie des rayons lumineux, mais assez passèrent pour éclairer suffisamment le combat. Et un rayon aveugla l'espace d'un cout instant Dumbledore qui ne pût que cligner des yeux et se déplacer pour chasser cette lumière éblouissante.

    Voldemort en profita :

    - Avada Kedavra !

    Le mage blanc entendit la voix de son ennemi, mais ne compris pas les paroles, et fit un bond sur le côté, sauf qu'il n'avait pas remarqué que Voldemort avait prit l'initiative et avant lancé son sort à côté de sa cible ; et il eut raison. Le voile lumineux qui bloquait la vision du vieil homme mit du temps à se dissiper et ce fut trop tard lorsqu'il tenta de se défendre.

    Inversement à Harry Potter, Dumbledore ne bougea pas d'un pouce lors du contact avec le sort pardonnable, au contraire, il fut paralysé de la tête aux pieds, et le vent ne sembla ne pas faire bouger ni ses cheveux, ni ses habits. Comme s'il se trouvait dans une bulle protectrice, formée pour sa mort.

    Soudain, un silence total s'imposa dans toute la forêt, et même à l'école, comme si cette mort venait de mettre fin à tout les derniers combats. La bataille de Poudlard venait d'être gagnée, elle venait d'être terminée, au grand dam de plus d'une personne. Le vainqueur n'y croyait pas, il tournait en rond autour de Dumbledore qui était aussi immobile qu'un tronc d'arbre mort. Et il ne respirait pas. Alors Voldemort laissa sa joie sortir en jetant des sorts de partout, et milles et une chose commencèrent à tomber du ciel : des confettis, des guirlandes, des feuilles mortes et autres.

    Il se pressa de rejoindre Poudlard, tout excité d'annoncer cette nouvelle. Des centaines de corps jonchaient le sol, et quelques survivants élèves fuyaient juste à côté de lui, et il ne s'en soucia pas. Une fois à la cour, il ria – ce qui ressemblait plus à un cri qu'un rire – et tourna autour de lui, les bras tendu. Il sentit la liberté, car à présent, rien ni personne ne pouvait l'arrêter dans son élan. Il allait dominer les deux mondes, pour que la paix y règne.

    Sa baguette au niveau de son cou, il murmura ''Sonorus'' et se mit à annoncer à tout individus encore présents vivants dans l'établissement scolaire :

    - Tom Jedusor est mort !

    Il aimait bien faire des surprises de ce genre et donner de faux espoirs à ceux qui s'opposaient à lui.

    - Mais Voldemort, le Seigneur des Ténèbres est vivant !

    De légers brouhaha résonnèrent par-ci et par-là de l'école, mais sans plus.

    - Votre très cher Harry Potter vient de sacrifier sa vie pour sauver Albus Dumbledore, mais sa mort n'a servit à rien, si ce n'était de retarder de quelques minutes la fin du mage blanc. Oui, les amis, plus personne ne peut à présent se dresser contre moi, ni de m'affronter à puissance égale. Le monde des Sorciers et des Moldus sont à moi !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :