• Chapitre 42 - Hermione Granger

    Chapitre 42

    Hermione Granger


     

    Le couloir était interminable. Cela faisait dix minutes qu'ils marchaient à travers. Ils s'étaient arrêtés plusieurs fois car le bulgare avait fait des crises que seule la fille ne pouvait contrôler. Ils ont donc dût patienter que ça passe. Puis ce silence qui hantait les lieux, ça rendait Hermione nerveuse. Viktor n'était pas bavard, ou du moins, il n'était pas en état de dialoguer entre ses bouffées.

    Bien que les torches qui ornaient les murs serrés étaient magique, ils pouvaient ressentir une chaleur qui émanait de la part de ses flammes. Ça remontait le moral de l'adolescente. Toutes ses pensées se tournaient vers Ron, Sirius et les autres. Ils étaient en train de se battre en mettant en jeu leur vie pour deux raisons ; la première, pour que Hermione puisse évacuer Viktor gravement blessé, et la seconde, pour reprendre l'école entièrement. La deuxième raison était presque impossible à exécuter. Il devait y avoir tellement de Mangemorts dans l'enceinte et si peu de membres de la résistance. Rien qu'en y pensant, ses yeux brillèrent de tristesse.

    Elle déposa Viktor qui était comme lourd. Elle avait son bras sur sa nuque et le traînait quasiment. Il était à moitié comateux. Elle souffla et s'étira, son dos craqua légèrement. Un petit massage ne lui ferait pas de mal.

    - Je te retiens, hein ?

    Elle sursauta. Viktor était adossé contre le mur et regardait Hermione. Elle lui jeta un regard interrogateur.

    - Tu as envie de te battre avec tes amies, continua le garçon. Moi aussi, il y a les miens de Durmstrang.

    Les yeux de la Gryffondor s'illuminèrent cette fois de bonheur. Les écoliers de l'école du bulgare étaient présents et soutenaient la Résistance de Poudlard ? Enfin une preuve d'humanité. Qui d'autres étaient là ? Des membres du Ministère de la Magie ?

    - Comment tu le sais ? S'intéressa-t-elle en s'accroupissant

    Il avala le peu de salive qu'il avait. Ses lèvres et sa gorge déshydratés réclamaient à boire.

    - C'était dans le plan de Dumbledore. Il fallait que Durmstrang, Abgelegen et les membres du Ministère puisse intervenir une fois que celui-dont-on-ne-doit-prononcer-le-nom soit arrivé.

    - Et ?

    - Et, Dumbledore a attendue le bon moment pour reposer les sorts de protection sur Poudlard, pour éviter que les Mangemorts et tu-sais-qui ne s'échappent.

    Hermione acquiesça. Sauf que quelque chose n'allait pas.

    - Mais Dumbledore est avec Voldemort ! Protesta Hermione.

    Viktor souffla. Il ferma les yeux quelques secondes essayant de trouver les justes mots pour expliquer la situation.

    - Il l'a fait croire. Pour mettre fin au joug du Seigneur des Ténèbres, il a dû user toute sa ruse.

    Elle ne pouvait le croire. Le Directeur de l'école était en fait un... espion. Les professeurs devaient être également dans le coup. Elle qui les avait tous maudit. Elle s'en voulait à présent qu'elle savait une partie de la vérité.

    - Maintenant, le sort des deux mondes dépend de cette bataille, termina Viktor.

    C'était cet affrontement qui allait décider du destin. Le camp qui allait remporter cette guerre détiendrait entre ses mains le contrôle du monde Moldu et celui des Sorciers.

    Ils restèrent ainsi silencieux pendant plusieurs minutes, laissant Hermione perdue dans ses pensées. La blessure de Viktor lui rappela qu'il fallait se dépêcher à rejoindre la sortie et le soigner. Il n'allait pas devenir un loup-garou, c'était le plus important. Mais survivre aussi l'était.

    Ils reprirent leur route alors et cinq minutes après, rejoignirent la Tête de Sanglier. Il n'y avait aucun clients, seulement le barman et un élève ; Neville Londubat. Il avait la tête baissée et regardait une plante entre les mains. L'arrivée du duo ne le chamboula point mais le barman réagit sur le qui-vive. Il le prit et l'emmena derrière laissant les deux écoliers de l'école dans le bistrot.

    Hermione s'assit sur un tabouret, posa ses bras sur le bar et enfonça sa tête dedans. Si la pression qui la possédait ne se faisait pas ressentir elle se serait endormit sur le coup.

    - Je suis désolé, fit Neville sans quitter des yeux ce qu'il regardait.

    La fille ne réagit pas. Elle tentait de reposer ses yeux ne serait-ce qu'une poignée de minutes. Elle en pouvait plus, elle était claquée.

    - Mais, j'ai peur, reprit le Gryffondor. Je ne pouvais pas rester plus longtemps à entendre ces coups contre la porte... Je ne pouvais pas.

    - On a tous peur, ne soit pas désolé pour ça.

    La voix de Hermione était étouffée par son pull.

    - Ils sont parvenu à rentrer, poursuivit-elle. Je les ai laissée là bas, alors que j'aurais aimée être à leur côté et combattre à l'occasion.

    ''Les'', étaient leurs amis.

    - Je suis désolé, souffla le jeune Londubat en dressant le regard sur elle.

    Derrière eux, les vitres qui laissèrent passer de faibles rayons de soleils. Hermione n'avait même pas remarquée que le jour c'était levée. Elle s'assit comme il faut, s'étira et bailla. Un bâillement qu'elle n'avait jamais fait au par avant. Puis, elle frotta ses yeux et se recoucha encore sur la table. Cette fois, elle s'endormit une fois la tête posée. En espérant de ne pas être réveillée dans les prochaines heures qui arrivaient...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :